Pour en savoir +

profhamsterBienvenue ! (^o^)/

Il était grand temps de mettre cette page à jour !

Après 5 ans au Japon et 3 ans d’études dans une université japonaise, je suis à présent enseignante d’anglais dans un lycée privé japonais.

Je suis partie au Japon sans savoir s’il me serait possible de réaliser mon projet car, à ma connaissance, aucun non anglophone de naissance n’avait auparavant réussi à devenir enseignant d’anglais pleinement en charge d’une classe au Japon. Bien entendu, j’avais lu des témoignages d’ALT (assistants de langue) sur internet, mais je souhaitais réellement être en charge de mes classes, et non pas assistante. J’ai donc débarqué au Japon sans réelle autre information que « il faut obtenir une licence d’enseignement japonaise » et « on obtient cette licence à la fac » glanées sur la toile en japonais.

Il s’agissait d’un pari risqué mais j’ai eu la chance de rencontrer les bonnes personnes au bon moment. Celles-ci m’ont aidée et soutenue dans mon projet et avec un peu (pas mal) de travail, j’ai pu obtenir une licence spécialisée d’enseignement japonaise en 3 ans au lieu de 6. J’ai aussi eu la chance de n’avoir à envoyer que quelques CV à des lycées privés avant d’obtenir un entretien à la fin duquel le directeur de l’établissement me proposait un travail. Un recrutement éclair qui m’a permis de ne pas passer mon temps à m’angoisser sur mon avenir durant ma dernière année d’études.

Pour en savoir plus sur mon parcours, vous pouvez lire les articles du tag « Quoi de neuf ? » qui parsèment ce blog.

Ma photo (si, si !) en haut à gauche vous donne un aperçu d’un de mes passe-temps préférés. Je suis aussi une fan d’animation japonaise, ce qui explique les références obscures qui pourraient surgir ici et là au détour d’une phrase d’un de mes articles…

Si vous avez des questions, n’hésitez pas !

 

8 comments

  • rm

    Bon courage…
    C’est visiblement mal payé pour beaucoup d’heures (certaines non payées) et on vous prend pour une serpillière interchangeable.
    Personnellement, je suis enseignant en outre-mer.

  • anthony

    Bonjour,

    J’ai lu votre blog avec grand intérêt, souhaitant moi-même devenir enseignant au Japon.
    Je suis actuellement en Master 2 DiFLES et suis à la recherche d’un stage d’ingénierie technico-pédagogique (donc orienté TICE et plus particulièrement FOAD). Je pense avoir épuisé toutes mes options concernant le japon, les universités n’ayant pas l’air de comprendre ma demande de stage.
    Auriez-vous des conseils à me prodiguer quand à la démarche à effectuer pour demander un stage pro au Japon? J’avoue être un peu dans le flou du coup.

    • nemuyoake

      Bonjour,

      Merci pour votre message.

      Pourquoi dites-vous qu’elles ne comprennent pas ? Quelle est leur réponse ?

      Ce qui peut les bloquer, c’est le fait de ne pas avoir la caution d’un garant japonais ou bien le fait de faire une démarche personnelle : s’il s’agit d’un stage pour un cursus, c’est à votre fac de faire la démarche normalement (je pense qu’ils ne comprennent pas que vous fassiez la demande seul, car ça veut dire pour eux que vous n’avez ni le soutien de votre fac, ni leur caution en cas de problème). Et il y a aussi le fait de ne pas vous connaître qui peut les bloquer : vous vivez loin, ils ne vous connaissent pas, ils ne savent pas si vous êtes de confiance ou sérieux.

      Vous écrivez vos demandes en français, anglais, ou japonais ? Si vous ne les écrivez pas en japonais, ils penseront que vous ne saurez pas communiquer par exemple, donc ils penseront que vous ne pourrez pas faire un stage pro au Japon.

      Des conseils ? Déjà, voir avec votre fac si elle peut faire les démarches. Après, ça dépend de votre niveau en japonais. Quel niveau avez-vous ?

  • anthony

    Ce stage s’inscrit dans mon cursus de Master 2 FLE et est encadré par une convention avec ma fac. Mais je dois faire la recherche de stage par moi-même, et je ne fais donc que des candidatures spontanées. J’explique tout cela dans le mail, mais j’ai l’impression que c’est le principe même du stage qui n’est pas compris. On me répond à chaque fois qu’il n’y a pas de poste de professeur vacant. Or ce n’est pas ce que je demande.
    En ce qui concerne mon niveau de Japonais, j’ai un niveau intermédiaire. J’ai fait 3 ans de japonais à la fac, et ai passé un an en échange à l’université d’Okayama où j’ai complété le niveau intermédiaire. Ce niveau prépare au N2 mais je n’ai pas passé l’examen.
    J’envois CV et lettre de motivation en français, une lettre de motivation en anglais, et un rirekisho en japonais, pour être explicite et être sûr d’être compris.

    Je vous remercie pour votre réponse.
    Je vais continuer d’essayer, même si je pense avoir fait le tour des écoles, universités, alliances françaises.

    • nemuyoake

      Après, une autre méthode, c’est de repérer les sections fr dans les facs, de repérer le big boss de la section et de lui envoyer un mail privé en japonais en lui expliquant votre but. Rajoutez bien que vous ne cherchez pas un travail, mais un jisshuu (pas besoin de mettre pro jisshuu, ça va les embrouiller). Il vaut mieux cibler les personnes qu’envoyer un mail à une fac en général.

  • lecteur de passage

    Vous aurez finalement atteint votre objectif, félicitation !

Qu'en pensez-vous ?