Projet de livre, Partie 1

Comme je vous en avais parlé dans un de mes précédents articles, j’ai commencé à écrire un livre. Ça avance doucement, mais ça avance. Et j’ai donc décidé de consacrer une série d’articles à ce projet.       Un peu plus de détails concernant ce projet de livre   Je ne savais pas trop sous quel genre je souhaitais classer ce titre, mais finalement j’ai choisi un genre assez bâtard, entre l’essai et le roman autobiographique. Ce sera donc

Comment intégrer un master japonais ?

Maintenant que vous avez décidé dans quelle université japonaise vous souhaitez étudier pour obtenir cette licence d’enseignement, il va falloir passer les examens d’entrée de cette fac. Et je vous conseille d’essayer d’intégrer plutôt un master.   – Pourquoi entrer en master plutôt qu’en première année ? –   Alors, « Entrer en première année et faire seulement la licence de base ou entrer en master et faire la licence de base en même temps que la licence spécialisée ? » Telle

Tu sais que tu travailles dans un lycée japonais quand…

… les élèves t’arrêtent dans les couloirs pour prendre un selfie avec toi.   Non, ce n’est pas une blague.   Ce n’est pas une légende urbaine : les étrangers ont souvent le statut de superstar quand ils débarquent dans un établissement scolaire japonais. Ca ne dure pas ad vitam aeternam si vous restez au même endroit, rassurez-vous, mais les premières semaines sont assez troublantes. En tout cas, elles l’ont été dans mon lycée.   L’image de l’étranger est souvent

Parlons un peu de mes prochains projets…

Avant tout, meilleurs vœux à tous ! Nouvelle année veut dire… nouveaux projets !   J’en avais déjà parlé dans un Quoi de neuf ?, mais j’ai finalement décidé de consacrer tout un post à ce nouveau projet qui me tient à cœur : l’écriture d’un livre. Ca fait cliché de vouloir écrire un livre. Tout le monde se rêve écrivain de nos jours. Tout le monde écrit une petite expansion de son ego sur papier et espère qu’il va vendre

Quoi de neuf ? Décembre 2016

Je n’ai pas écrit de « Quoi de neuf ? » pour novembre car comme je vous l’avais écrit dans un « Quoi de neuf ? » précédent, mon travail paraissait bien trop plan-plan pour éveiller mon intérêt. Mais cela a changé ! (et je ne suis pas sûre que ça soit une bonne nouvelle en fait…)   Je vous explique : lorsque j’ai commencé l’année, je me suis vite rendue compte que beaucoup n’avaient aucune base en anglais. Qu’à cela ne tienne, j’ai recommencé par

Le seito shidou et moi, Partie 2

Dans le précédent article, vous avez appris que le seito shidou et moi, ce n’était pas l’amour fou, tout simplement parce que je n’ai aucun modèle enseignant auquel me référer pour l’exercer. Manque de bol, il faut bien faire cette partie du travail (que j’aime bien, hein, c’est juste que je ne sais pas comment m’y prendre) et je me retrouve à me référer alors au seul modèle que je connaisse : le modèle parental.   Chez moi, c’était pas

Le seito shidou et moi

Je ne sais pas si vous vous souvenez du seito shidou ?… J’avais essayé de définir le terme dans un de mes précédents articles sur les différents rôles des enseignants Japonais.   Le seito shidou n’a pas d’équivalent en français, probablement parce que ce rôle d’éducation n’est traditionnellement pas exigé des enseignants Français. Le fait est que les enseignants Japonais jouent un rôle primordial dans l’éducation des élèves Japonais. Par conséquent, si vous venez à enseigner au Japon à plein

4 choses auxquelles j’ai dû renoncer en devenant prof au Japon

Difficile de cracher dans la soupe alors que je savais parfaitement dans quoi je m’engageais lorsque j’ai décidé de postuler pour mon emploi actuel. Néanmoins, j’ignorais totalement ce qui m’attendait lorsque j’ai pris la décision de venir au Japon pour y exercer le métier d’enseignant et c’est pourquoi j’ai décidé d’écrire cet article. J’ai en effet appris au fur et à mesure toutes les contraintes inhérentes au métier d’enseignant et j’ai eu la chance que chaque concession à faire ne

Quoi de neuf ? Octobre 2016

Les semaines passent… et se ressemblent. Les premières semaines ont été difficiles, et c’est ce qui les a rendues intéressantes. Mais maintenant, la routine s’est installée… et c’est d’un ennui abyssal.   Pourtant, on ne peut pas dire que le job d’enseignant soit routinier vu la diversité des tâches qui nous sont attribuées. Sans oublier que nous ne sommes pas assis à un bureau toute la journée contrairement à d’autres métiers (et j’ai besoin de bouger !). Nous avons de

5 raisons pour lesquelles il m’est plus agréable de vivre au Japon qu’en France

  Avant de venir au Japon, je pensais que la situation en France était “normale”. Vivre au Japon m’a montré qu’il était possible de vivre autrement au quotidien, dans une ville plus agréable en définitive. Dans cet article, j’ai retenu 5 critères qui font vraiment la différence pour moi en ce qui concerne la qualité de vie au Japon comparée à celle qu’on peut avoir en France.     – La sécurité –   J’imagine que ce n’est pas un

« Older Entries Recent Entries »