Ma quête d’une ruine dans la campagne japonaise, Partie 1

Pour ceux qui suivent mon twitter, vous savez que je suis à la recherche d’une maison au Japon.

Vous avez peut-être ouï que l’immobilier au Japon coute la peau des fesses, que ce soit à la location ou à l’achat et ce n’est effectivement pas une légende urbaine bien que ce soit par contre un phénomène urbain. Il est tout à fait possible de trouver une habitation avec un jardin sans se ruiner dans une petite ville ou à la campagne, le plus difficile étant alors de trouver dans le coin un travail qui correspond à ses qualifications.

Vous avez certainement aussi entendu dire que les maisons japonaises étaient mal isolées, qu’elles ne duraient pas etc. Ceci non plus n’est pas une légende : les maisons japonaises vieillissent mal, on y crève de chaud en été et on se gèle en hiver. Et, économiquement parlant (je parle pour Iwate, les autres préfectures, je ne sais pas), on a tout intérêt à louer un appart d’une 10aine d’années plutôt que de faire construire sa maison sans jardin à 300 000 euros qui va durer seulement 30 ans (ça revient à 1000 euros par mois, alors qu’on peut louer la même chose pour 500 euros par mois). Après, ça dépend de la qualité de construction que vous recherchez, mais plus c’est solide, bien isolé etc. , plus c’est cher à la construction, œuf corse.

Pourquoi je cherche une maison alors ?

Plus qu’une maison en fait, je cherche un jardin. C’est mon rêve, c’est sur ma liste et je compte bien obtenir/faire toutes les choses sur ma liste.

Je cherche une maison avec jardin pour avoir des animaux (les appartements/maisons en location sont en quasi-totalité interdites aux animaux. En ville, elles sont interdites aux enfants aussi des fois. Et aux étrangers souvent car tout le monde sait que les étrangers ont la fâcheuse habitude de pisser sur les paillassons des voisins, n’est-ce pas ? Il y a même des restaurants qui les refusent, pour dire !).

Je cherche une maison avec jardin pour faire pousser des fruits et légumes (un simple tour dans un supermarché japonais vous apprendra qu’on y vend des pommes à 1 euro pièce minimum, de même que les tomates. La nourriture y est tellement chère que les prix sont aux 100g et pas au kilo).

Je cherche une maison afin de ne pas avoir à me soucier de ne pas faire de bruit pour ne pas déranger les voisins. Faire ce que je veux quand je veux. Pouvoir faire tourner une machine à minuit si l’envie m’en prend. Prendre ma douche à 3h du mat si c’est une nuit où je souffre d’insomnie. Ecouter de la musique sans mes écouteurs. Marcher en posant mes pieds au sol sans me soucier d’incommoder le voisin du dessous. Bref, vivre.

Mais pourquoi une ruine vieille maison ? C’est encore moins bien isolé et pas pratique, non ?

Oui, mais on peut la faire rénover à son goût et la rendre pratique.

Oui, mais une veille maison a souvent un grand jardin.

Oui, mais une vieille maison coute une bouchée de pain à l’achat (dans les préfectures rurales) et finalement le combo maison + terrain revient bien moins cher que le terrain seul.

Oui, mais une vieille maison n’est pas moche à pleurer (gout personnel, cela va de soi).

Vous voulez voir une construction récente pas trop chère dans ma préfecture ? Ben voilà, ça ressemble à ça :

Y’a de quoi pleurer, non ? (Ah bien sûr, si vous pouvez y mettre 500 000 euros, vous en aurez pour votre argent)

Et moi je voudrais ça :

Oui, je sais : j’ai des gouts de luxe.

C’est donc vers les vieilles maisons japonaises, que mon intérêt se porte. Je préfèrerais une kominka (= une maison traditionnelle comme sur la photo précédente) à rénover, mais il faut compter le même budget qu’une maison neuve, ce que je n’ai pas. Pas d’emprunt possible à priori car moi gaijin (étranger) et tout le monde sait que lorsqu’on prête de l’argent à un gaijin, il y a de forts risques que le malotru ne rembourse pas son emprunt. De vrais truands, ces étrangers.

Alors, comment trouver de vieilles maisons traditionnelles (et/ou kominka) sympas et à bon prix ?

Réponse : Chercher sur internet la « akiya bank » (空き家バンク) de la ville dans laquelle on veut habiter. Ces sites mis à jour par la mairie de la ville en question regroupent un certain nombre de maisons vides du coin, avec généralement le prix et vous pouvez les contacter si une des maisons indiquées vous plait. (Attention : toutes les villes n’ont pas mis en place ce système.)

MAIS. Ces akiya banks sont réservées aux personnes habitant en dehors de la ville. Donc si vous habitez déjà la ville vous ne pourrez pas les utiliser.

MAIS. Si vous habitez déjà la ville et que donc vous ne pouvez pas utiliser ces akiya banks, il vous suffit de contacter directement le propriétaire en trouvant vous-même la maison grâce à Internet en utilisant les photos fournies ainsi que l’indication de la localisation de la maison. Google Earth is your friend. (La mairie demandera probablement que le proprio retire son bien de l’akiya bank pour qu’il vous le vende car la mairie refusera de s’occuper de la transaction)

Personnellement, je ne suis pas pressée d’acheter : il y aura toujours de temps à autre des biens intéressants qui seront mis sur le marché, le tout est d’être patient et d’attendre la bonne affaire.

A suivre…

6 comments

  • Sanzo

    Hi Nemuyoake !
    En mode résidence secondaire c’est un projet tout à fait possible surtout si on se donne le premier des moyens à savoir le temps.
    La crise économique mondiale généralisée devrait peut être créer un effet d’aubaine qui pourrait voir la législation locale modifiée pour accélérer par exemple le flux des capitaux et les transactions de type immobilière pourraient en bénéficier et élargir l’accès à des acheteurs jusque là peut être bloqués artificiellement comme les étrangers. Tellement de choses sont en train de changer après tout…
    A mon humble avis, tu finiras par trouver et acheter mais ce qui va être capital si je puis dire c’est le mode de financement et la nature des travaux (je parle d’imprévu). Ce qui me le fait dire c’est que tu es suffisamment organisée pour, après tout tu as de très bonnes capacités d’adaptation si tu enseignes au Japon, le plus dur j’allais dire est fait, à côté ce projet fait figure de bonus presque même si cela reste redoutable à mettre en oeuvre.
    Peut être qu’il faudrait diversifier le mode de financement pour augmenter la capacité d’investissement, car un salaire même avec une vie minimaliste assumée, ce sera trop juste et cela limite déjà trop le choix cible.
    En tous les cas, je salue le courage car ce n’est pas simple du tout mais ce n’est pas la première fois !
    Cheers

    • nemuyoake

      Désolée pour le retard dans la réponse. Je suis en train de faire les calculs, prévoir large, car comme tu le dis il ne faut pas se lancer sans réfléchir. Après, je pense aussi au déréglage au niveau global dans les 30 prochaines années et je me dis que c pas mal d’avoir son bout de terrain…

  • Sanzo

    Hi there !
    super article sur l’histoire du logement au Japon depuis les années 1950 a aujourd’hui !

    https://www.theguardian.com/cities/2017/nov/16/japan-reusable-housing-revolution

    So interesting !!!
    cheers

  • Sanzo

    Hi Nemuyoake !
    Savais-tu que je l’ai lu grâce à toi ? A force de lire tes recherches à chaque fois c’est devenu une obsession lol et à chaque fois je me disais mais comment peut-on l’aider a réaliser son rêve plus vite ? car tu as tellement donné dans la phase initiale de t’installer au Japon que tu as mérité d’accéder à cette propriété ! Par ailleurs j’ai l’impression grâce à toi d’avoir réalisé mon rêve un peu en te lisant, je voulais vraiment à une époque le réaliser et faire ce que tu fais actuellement. J’ai la frustration suivante : j’aurais tellement aimé que la maison soit comme tu le veux mais avec le moins de travaux possible pour que tu puisses t’amuser avec le jardin et le terrain. Je sais que tu aimes bosser et que tu as le caractère nécessaire pour surmonter la plupart des obstacles mais j’aimerais lire davantage de choses ayant trait à ce que tu ferais si lla plupart des contraintes étaient levées car quelque chose me dit que tu dois être une grande créatrice et le fait d’écrire un livre par exemple n’est que la partie émergé de l’iceberg ;)!
    Encore une fois merci pour ce partage et pardon de ne pouvoir offrir suffisamment d’inspiration pour contribuer davantage ! C’est donc moi vraiment qui te remercie pour tout comme tu peux l’imaginer.
    alez c’est le moment de taquiner le marchand de sable ! oyasumi !!

Qu'en pensez-vous ?