Projet de livre Partie 3

Faisant suite aux partie 1 et partie 2, voilà la troisième partie consacrée à mon projet de livre intitulé Intuitu Personae.

 

Dans les parties précédentes je vous avais parlé de ce projet comme d’une réponse au livre de Mme Nothomb, vous offrant au passage la lecture d’une préface des plus inspirée. Mais vous savez quoi ? Eh bien après avoir presque fini d’écrire le livre, je peux affirmer sans détour que cette préface… ne lui correspond pas du tout. C’est ballot, non ? Moi, je l’aimais pourtant bien cette préface, je l’avais défendue contre toutes sortes de critiques, j’avais décidé de la maintenir coûte que coûte, quitte à subir la vindicte populaire… Mais il faut que je me rende à l’évidence : cette préface n’est pas destinée à ce livre. Ça me contrarie beaucoup. Du coup, je ne pense pas réécrire de préface pour ce livre qui s’en passera donc. Je sais pas. Ca dépendra de mon inspiration.

 

Venons-en à la progression de ce livre justement. Le premier jet est déjà presque fini vu qu’il me manque quelques 7000 mots, soit environ 4h d’écriture. Je n’ai pas encore l’inspiration pour ces 7000 mots, mais ça va venir (probablement). Je sais ce que je veux écrire, mais c’est la formulation qui bloque. Et comme mon premier jet est souvent quasi définitif, je ne peux pas faire d’écriture forcée, sinon j’écris du caca impossible à corriger. C’est d’ailleurs pour ça que je n’ai jamais pu faire un nanowrimo. J’ai actuellement 1/3 du livre de corrigé, et le reste le sera probablement au cours de ce mois. Je compte sur les vacances d’Obon pour faire progresser la chose.

 

La date que j’avais annoncée sur mon twitter tient donc toujours pour l’instant, à savoir septembre (plus exactement fin septembre pour cause d’examens semestriels début septembre). J’ai déjà trouvé les pros pour tout ce qui est couverture et correction. Y’a plus qu’à allonger l’argent.

 

La vente du bousin se fera sur KDP (Amazon) donc les heureux détenteurs d’un kindlemachintruc pourront télécharger l’ebook, et les autres comme moi qui n’ont pas de kindlemachintruc pourront télécharger une application à mettre sur ordi ou mobile pour lire le fichier. Y’aura pas de DRM car y’a rien de plus soûlant que ces bêtes-là. Le prix est pas encore définitif, mais ça sera du style 2,99 euros au lancement, je pense.

 

C’est tout pour l’instant, stay tuned !

10 comments

  • Sanzo

    Hi Nemuyoake !
    Quoi ? Déjà !!!!! Trop impatient de le lire !!!! Je vais surveiller la sortie et si tu peux onegai mets nous le lien direct pour y accéder le plus vite possible !
    C’est incroyable tu as bien bossée !
    Je vais t’avouer un truc je me suis dit que peut être ça va sortir genre janvier 2018 pour bien commencer l’année car tu vas être trop occupée entretemps c’est mort !
    Pour la préface te prends pas la tête, garde là pour un autre livre car je sens que celui là c’est juste pour commencer…
    Et puis le prix c’est vraiment cadeau !!!!
    Merci infinimemnt, je suis trop pressé d’être à fin septembre !
    GANBATE KUDASAI !

    • nemuyoake

      C’est pas un gros livre, donc je me voyais mal mettre un gros prix. J’ai mis le prix que je pensais juste, que je serais prête à payer pour ce livre.
      Quand il sortira, j’attends ton com sur Amazon ! Même si c’est pour souligner les défauts, c’est pas grave, je prends ! ^^

      • Sanzo

        Coucou Nemuyoake !
        je ne suis pas là pour souligner les défauts car il n’ y en pas ! L’initiative entière est excellente !
        Mets le à 5 euros car tu sous estimes le cadeau que tu nous fais car ce que tu as produit vient du coeur et l’objectif dans un premier n’est pas de vendre mais partager. Tu as déjà un job c’est pas comme si tu comptais vivre de ta plume. Ma critique est là : tu fais du bon boulot.
        En plus c’est bien écrit car tu vas à l’essentiel puisque tu écris ce que tu veux. Tout comme nous commentateurs invités par la question que pensez vous ? on te répond non pas pour te faire juste plaisir mais aussi soutenir la belle initiative de l’écriture. Tu nous proposes, nous on dispose ?

  • Sanzo

    Hi Nemuyoake !
    will you provide an English version ?
    Bah oui je viens de découvrir que ton site a une version en anglais et du coup question qui m’a traversé l’esprit. Bon avouons le enseigner le japon en anglais par une expatriée française, c’est clair que la langue première c’est le français. Mais sait-on jamais ?
    cheers

    • nemuyoake

      Oui, une version anglaise et prévue et aussi la version anglaise du site. Mais je m’y attellerai l’année prochaine je pense.

  • Sanzo

    Hi there !
    J’ai oublié de préciser que j’ai écrit un mot sur la préface sur ton post article 1 sur l’écriture de ton livre. En fait je voulais participer ici mais trop tard c’est déjà envoyé lol !
    Mais sinon il y avait plein de fautes de frappe : Levi Strauss, ainsi que des accords de grammaire et d’orthographe ou de syntaxe pas toujours bien respectés.
    Je te présente ici mes excuses pour ces erreurs, ainis qu’aux lecteurs potentiels, je ferais davantage d’efforts pour y remédier.
    Cheers

  • Sanzo

    Hi again !
    Concernant la réponse sur le post à propos de la préface, tu as répondu que tu écris ce que tu veux. La question n’est pas là, je ne faisais que dire l’intuition de la préface de départ que tu souhaites supprimer au lieu de modifier ne devrait pas être écartée car elle est bien plus importante qu’elle n’en a l’air.
    Au départ c’est pour rétablir la vérité sur le Japon après qu’un certain livre en ait fait une caricature du pays des fourmis, ensuite l’évolution de l’écriture a mené vers quelquechose de plus nuancé voire de différent au point de vouloir décider d’ oublier l’idée d’une préface.
    La contribution que j’essaye de partager c’est une préface c’est une espèce d’invitation au lecteur(e) de la part de l’auteure à raconter l’autre histoire du livre sa conception avec dans ce témoignage une forme de gratitude dans le fait que la lecture que va entamer le(a) client(e)/possesseur(e) du livre c’est déjà -et ce avant même son opinion sur l’ouvrage- une belle façon d’honorer l’auteure et la préface est une façon peut être de reconnaître la chose.
    Bref dans la préface, l’intention ou la clarification n’est pas la seule justification- ou option à défaut de meilleur terme- possible, la reconnaissance par exemple peut en être une autre. Donc je ne fais que reprendre ton intuition de départ et souligner ce que je pense en être la justesse.
    Sinon pour le reste, RAS car c’est impressionnant de bon sens et je ne suis pas en train d’idéaliser quoi que ce soit juste apprécier de voir un rêve devant mes yeux se réaliser, à savoir enseigner au Japon et de l’anglais en plus !!
    Le plus incroyable aussi c’est d’avoir le témoignage de ton écriture pendant la conception de ton livre, de partager avant la fin de l’écriture etc Imagine que tu discutes avec un artiste avant, pendant et après la création de son oeuvre, c’est magique quelquepart ! Tout ça grâce à la technologie mais aussi à ta décision première de partager intelligemment (aka en allant à l’essentiel).
    Hontono domo arigato !!!!

  • Cool, ma Kindle va être ravie alors ! 😀

Qu'en pensez-vous ?