Quoi de neuf ? Mars 2017

L’année est quasi terminée et j’en sais déjà un peu plus sur ce qui va se passer dans les prochains mois pour moi. Pour ceux qui suivent mon twitter, vous le savez sans doute déjà, mais j’ai appris une bonne nouvelle : sans accident majeur (je me méfie toujours), je devrais normalement être titularisée l’année prochaine !

 

Concernant cette titularisation, c’est la même que pour un Japonais lambda. Sauf qu’ils ont été sympa avec mon jeune collègue (qui est titularisé l’année prochaine aussi) et moi car nous ne serons pas profs principaux. On nous donne encore une année de plus pour nous habituer à notre travail. Il y a quelques mois je vous aurais fait part de ma déception, mais comme je me suis trouvée une occupation (mon bouquin, oui), j’avoue que je suis bien contente de voir cette charge m’échapper. Je reste donc adjointe de prof principal (fukutannin) et je vais consacrer cette année supplémentaire à me former à ce futur travail.

 

Concernant les autres détails de mon poste de l’année prochaine, je serai dans le conseil des 1ere année (j’ai été dans le conseil des 3eme année cette année) avec quasi les mêmes collègues que cette année puisque eux aussi redescendent en 1ere année après avoir été profs principaux des 3eme année. D’ailleurs, l’année prochaine va être rude car comme je vous le disais sur mon twitter, nous aurons vraisemblablement au moins 38 élèves par classe l’année prochaine. Mes collègues adorent déjà. Surtout que ça n’a pas intérêt à augmenter sinon on sera obligés d’ouvrir une classe supplémentaire.

 

Question administration, je reste aux Affaires Générales (soumu), mais je passe de la sous-section “PTA” (association parents-professeurs) à la sous-section “examens d’entrée” (nyuushikouhou). En résumé, je passe d’un rôle qui consiste à accueillir les gens, les guider, préparer les chaussons et servir le café à un rôle où je vais faire du copier-coller dans word, imprimer des lettres pour les mettre dans des enveloppes et remplir des tableaux Excel. On pourrait trouver ce travail ingrat, mais de toute manière il faut bien que quelqu’un le fasse et ça c’est au moins dans mes compétences.

 

Je récupère le club de danse moderne et j’en deviens le komon (advisor) principal (j’étais seulement assistante cette année). Je n’y connais rien, mais vu qu’on ne me demande pas de les coacher, ça devrait pouvoir le faire. Quoique gérer les finances du club pourra s’avérer périlleux étant donné que je ne sais pas faire les comptes (je les ai jamais faits d’ailleurs, je me contente de dépenser moins que ce j’ai sur mes comptes, épicetou). Je reste komon adjointe du club d’athlétisme, ce qui me demande de faire quelque chose uniquement quand les deux autres komon sont indisponibles/trop occupés. Tout à fait gérable.

 

Pour les classes, ce n’est pas encore certain mais nous avons reçu une proposition de répartition. Je ne voulais pas garder ma classe shingaku (ceux qui vont à l’université) car il faut les préparer pour les examens d’entrée dans deux ans et donc suivre scrupuleusement le manuel, ce que je n’aime pas car mon cours se base sur la communication (écrire, parler, etc. et de plus, le cours s’appelle « communication » donc suivre le manuel qui ne fait faire que de la lecture/grammaire… beurk!). C’est ma classe la plus sage, ils sont obéissants à 100% (et on entendrait une mouche voler!) mais je perçois une incompatibilité entre mon style d’enseignement et ce qui leur est nécessaire pour leur futur. D’où mon désir de ne pas continuer avec eux. Je ne les ai donc pas à priori l’année prochaine. Sinon, je voulais continuer avec mes autres classes en seconde année et récupérer des classes de première année pour me perfectionner avec ce niveau et j’ai pu les avoir. Je ne sais pas si cette répartition sera encore valable à la rentrée, mais en tout cas je ne peux pas dire que je n’ai pas été écoutée sur ce coup.

 

Voilà ce qu’il en est pour les nouvelles du front !

 

Sur ce…

Qu'en pensez-vous ?